Les mesures de niveau 2 du règlement de titrisation de l’UE.

Posted by

Discours de Steven Maijoor, président d’ESMA, lors de la réunion d’ECON du 29 Août 2018.

« Pour commencer, je voudrais souligner que le principe fondamental qui a guidé le travail politique de l’ESMA sur la titrisation est d’assurer un haut niveau de transparence et de protection des investisseurs tout en limitant, dans la mesure du possible, toute charge réglementaire supplémentaire pour les parties de transaction de titrisation.
La nécessité d’assurer un haut niveau de transparence est l’un des enseignements importants de la crise financière et de la performance des titrisations dans des conditions difficiles. À mon avis, la transparence accrue du marché de la titrisation et la cohérence intersectorielle des exigences réglementaires amélioreront encore la confiance dans le marché de la titrisation, renforceront la base d’investisseurs pour les opérations de titrisation et stimuleront finalement le financement de l’économie réelle. »

« Les obligations d’information visent à fournir aux investisseurs, aux investisseurs potentiels, aux autorités compétentes et aux autres autorités publiques des informations suffisantes pour satisfaire à leurs obligations de vigilance et de surveillance prévues dans le règlement. Les titrisations étant tellement hétérogènes, l’ESMA a développé des modèles dédiés pour couvrir les types les plus courants d’expositions sous-jacentes sur les marchés de titrisation de l’UE, notamment les prêts hypothécaires résidentiels, les prêts aux PME et les prêts automobiles. Les modèles visent également à couvrir des informations détaillées sur les tranches et les obligations de la transaction, sur sa structure et sur ses performances.
Étant donné le haut niveau de détail des modèles, l’ESMA devait également étudier les modalités selon lesquelles les données ne peuvent être déclarées. Par exemple, une titrisation peut inclure des prêts créés il y a plusieurs années, alors que les normes de prêt et les exigences réglementaires correspondantes étaient différentes. Ce n’est pas nécessairement un problème, car les anciens prêts qui donnent de bons résultats sont statistiquement susceptibles de donner de bons résultats à l’avenir. Mais cela signifie que les normes de divulgation proposées doivent tenir compte des situations dans lesquelles les données ne peuvent être déclarées. Les normes introduisent donc un système de codes normalisés, afin que les entités déclaantes puissent expliquer aux utilisateurs des données pour lesquelles les informations ne peuvent pas être fournies dans un domaine spécifique.

« Je pense qu’il est utile de vous donner un aperçu des produits restants de l’ESMA au titre du présent règlement au cours des prochains mois. D’ici le 18 janvier 2019, nous pourront :
a. Soumettre des normes techniques sur les normes opérationnelles des référentiels de titrisation et les conditions d’accès aux données qui leur sont rapportées.
b. Soumettre des normes techniques sur les informations à fournir par les entreprises souhaitant s’inscrire auprès de l’ESMA pour fournir des services de référentiels de titrisation.
c. Soumettre des avis techniques à la Commission sur les redevances à percevoir par l’ESMA pour la supervision des référentiels de titrisation.
d. Présenter des normes techniques sur les accords de coopération entre les autorités nationales compétentes et les autorités européennes de surveillance.  »

→ Voici en intégralité le document sur Les mesures de niveau 2 dans le cadre du règlement de titrisation de l’UE (en anglais).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.