BCE : Enquête sur le crédit bancaire dans la zone euro d’Avril 2020

Posted by

Les points importants :

  • Des normes de crédit plus strictes pour les prêts aux entreprises et aux ménages
  • Augmentation de la demande de prêts des entreprises en raison des besoins de liquidités d’urgence liés à la pandémie de coronavirus
  • Les conditions de prêt des banques sont assouplies grâce aux opérations de refinancement à long terme ciblées de la BCE
  • Les achats d’actifs de la BCE soutiennent les positions de liquidité des banques et les conditions de financement du marché

Le cycle d’enquête d’avril 2020 a été mené entre le 19 mars et le 3 avril 2020. Au total, 144 banques ont été interrogées au cours de ce cycle, avec un taux de réponse de 99 %.

1er trimestre 2020:

  • Les normes de crédit – c’est-à-dire les directives internes des banques ou les critères d’approbation des prêts – ont été renforcées pour les prêts aux entreprises, les prêts aux ménages pour l’achat d’un logement et le crédit à la consommation et les autres prêts aux ménages, selon l’enquête sur les prêts bancaires (BLS) d’avril 2020.
    Le pourcentage net de banques faisant état d’un durcissement des normes de crédit pour les prêts ou les lignes de crédit aux entreprises a été contenu (pourcentage net des banques à 4 %, voir graphique 1 sur RegMind). Cela est lié à l’ampleur et à l’opportunité des mesures politiques et à la plus grande résilience des banques de la zone euro.
  • Pour les prêts aux ménages, le resserrement net a été un peu plus important que pour les entreprises (un pourcentage net de 9 % pour les prêts aux ménages pour l’achat d’un logement et de 10 % pour les crédits à la consommation et autres prêts aux ménages). Les banques ont évoqué la détérioration des perspectives économiques générales, l’augmentation du risque de crédit des emprunteurs et une moindre tolérance au risque comme facteurs pertinents pour le resserrement de leurs normes de crédit pour les prêts aux entreprises et aux ménages.
  • La demande de prêts ou de tirages de lignes de crédit des entreprises a explosé en raison de leurs besoins urgents de liquidités dans le contexte de la pandémie de coronavirus (voir graphique 2 sur RegMind). La demande de prêts a été sensiblement plus élevée pour les prêts à court terme que pour les prêts à long terme, en ligne avec les besoins de paiement continus des entreprises, tandis que les besoins de financement pour l’investissement fixe et pour les fusions et acquisitions ont diminué en termes nets.
  • Le pourcentage net de banques faisant état d’une augmentation de la demande de prêts au logement a diminué et le pourcentage net relatif à la demande de crédits à la consommation et autres prêts aux ménages est devenu négatif. La demande nette de prêts au logement et de crédits à la consommation a été soutenue par le faible niveau général des taux d’intérêt, mais elle a été freinée par la faible confiance des consommateurs.

2ème trimestre 2020 :

  • Les banques s’attendent à un assouplissement considérable des normes de crédit pour les entreprises, probablement en raison des mesures de soutien introduites par les gouvernements. En même temps, la dispersion des réponses met en évidence la grande incertitude qui entoure l’impact probable de la pandémie de coronavirus (COVID-19) et les différents points de vue des banques sur l’impact sur les conditions de prêt des banques. En revanche, le net durcissement des normes de crédit sur les prêts aux ménages devrait se poursuivre au deuxième trimestre 2020.
  • Les banques s’attendent à une augmentation de la demande nette de prêts aux entreprises
  • Un solde net fortement négatif pour la demande de prêts au logement et de crédits à la consommation est attendu.

En ce qui concerne l’impact des mesures de politique monétaire de la BCE avec son programme : d’achat d’actifs, d’achat d’urgence en cas de pandémie et sa troisième série d’opérations de refinancement ciblées à plus long terme ont eu un impact positif sur les positions de liquidité des banques et les conditions de financement du marché.
En outre, ces mesures et le taux négatif de la facilité de dépôt ont eu un effet d’assouplissement sur les conditions de prêt des banques et un impact positif sur les volumes de prêts.

Dans le même temps, les achats d’actifs de la BCE et le taux négatif de la facilité de dépôt sont considérés par les banques comme ayant un impact négatif sur leur rentabilité par le biais d’une incidence négative sur leurs revenus d’intérêts nets, tandis qu’un pourcentage important de banques déclarent que le système à deux niveaux de la BCE pour la rémunération des avoirs en liquidités excédentaires soutient la rentabilité des banques.

Article original sur RegMind »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.