L’EBA nous prévient de l’impact de la réduction injustifiée des risques et de la gestion inefficace des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Publié par

L’EBA a publié un avis sur l’ampleur et l’impact du “de-risking” dans l’UE et les mesures que les autorités compétentes devraient prendre pour lutter contre le “de-risking” injustifié. L’accès à des produits et services financiers est une condition préalable à la participation à la vie économique et sociale moderne. La réduction des risques, lorsqu’elle n’est pas justifiée, peut entraîner l’exclusion financière de clients légitimes. Elle peut également affecter la concurrence et la stabilité financière.

Le “de-risking” fait référence aux décisions prises par les institutions financières de ne pas fournir de services aux clients appartenant à certaines catégories de risque. Le dérisquage peut être un outil légitime de gestion du risque, mais il peut aussi être le signe d’une gestion inefficace du risque de blanchiment de capitaux (ML, money laundering) et de financement du terrorisme (TF, terrorist financing), avec parfois de graves conséquences.

Afin d’évaluer l’ampleur et l’impact du “de-risking” dans l’UE et de mieux comprendre pourquoi les établissements décident de “de-risker” des catégories particulières de clients au lieu de gérer les risques associés à ces relations, l’EBA a contacté toutes les autorités compétentes concernées dans l’UE, ainsi que des parties prenantes externes.

Les conclusions de l’EBA suggèrent que l’élimination des risques a un impact négatif sur la réalisation des objectifs de l’UE. Cela concerne en particulier la lutte efficace contre la criminalité financière et la promotion de l’inclusion financière, de la concurrence et de la stabilité dans le marché unique.

Document de l’EBA >

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.