Etude sur les marchés du travail américain et britannique dans la reprise post-pandémique

Publié par

L’étude réalisée sur l’évolution du marché du travail après la pandémie aux États-Unis et au Royaume-Uni démontre que les déséquilibres entre la demande et l’offre de travail provoquent une tension élevée et inhabituelle sur le marché du travail. Cette situation pourrait se traduire par des pressions salariales généralisées, ce qui constituerait un risque pour l’inflation. Ces pressions sont de plus en plus visibles aux États-Unis, mais sont moins marquées au Royaume-Uni.

Les différents points abordés dans cette étude :

  • Aux États-Unis, la demande de main-d’œuvre dépasse l’offre,
  • l’augmentation des tensions sur le marché du travail s’est traduite par un élargissement des pressions sur les salaires,
  • le marché du travail britannique montre des signes d’un resserrement accru, associé à une lente reprise de l’emploi et de la participation au marché du travail,
  • les pressions salariales sont restées jusqu’à présent limitées à des secteurs spécifiques,
  • si les États-Unis et le Royaume-Uni connaissent tous deux des pénuries de main-d’œuvre, les évolutions sur le front des salaires diffèrent dans une certaine mesure.

Etude de l’ECB >

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.