Un plan de 3,3 milliard d’euros a été approuvé pour la reprise et la résilience de la Suède

Publié par

La Commission européenne a adopté ce jour une évaluation positive du plan pour la reprise et la résilience de la Suède. Il s’agit d’une étape essentielle qui ouvre la voie au versement par l’UE d’un montant de 3,3 milliards d’euros à la Suède sous forme de subventions au titre de la facilité pour la reprise et la résilience (RRF). Ce financement soutiendra la mise en œuvre des mesures essentielles d’investissement et de réforme décrites dans le plan pour la reprise et la résilience de la Suède. Il jouera un rôle crucial pour permettre à ce pays de sortir plus fort de la pandémie de COVID-19.

La RRF est l’instrument clé au cœur de NextGenerationEU. Elle fournira jusqu’à 800 milliards d’euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans l’ensemble de l’UE. Le plan suédois s’inscrit dans le cadre d’une réaction coordonnée sans précédent de l’UE à la crise de la COVID-19, qui vise à relever les défis européens communs par l’adoption des transitions verte et numérique et à renforcer la résilience économique et sociale et la cohésion du marché unique.

La Commission a évalué le plan de la Suède au regard des critères énoncés dans le règlement RRF. Dans son analyse, elle a examiné, en particulier, si les investissements et les réformes prévus dans ce plan soutiennent les transitions verte et numérique, contribuent à relever efficacement les défis recensés dans le cadre du Semestre européen et renforcent son potentiel de croissance, la création d’emplois et sa résilience économique et sociale.

Assurer la transition verte et numérique de la Suède 

Transition verte

Dans son évaluation, la Commission constate que le plan de la Suède consacre 44,4 % de son enveloppe totale à des mesures qui soutiennent des objectifs climatiques. La Suède a annoncé un objectif ambitieux consistant à parvenir à la neutralité climatique d’ici à 2045. Grâce à une combinaison de réformes et d’investissements, le plan apporte une contribution importante à la réalisation de cet objectif, en s’attaquant à chacun des secteurs les plus émetteurs, à savoir l’énergie, le logement, l’industrie et les transports.

Le plan suédois prévoit des investissements visant à soutenir les transitions énergétique et vers une économie à faible intensité de carbone, ainsi que les infrastructures durables. Les réformes consistent notamment à promouvoir la décarbonation en obligeant les fournisseurs de carburants à utiliser des biocarburants durables en mélange dans l’essence, le gazole et les carburants d’aviation et en adaptant la taxation des voitures de société afin de mieux refléter le coût de la possession d’un véhicule privé.

Transition numérique

Dans son évaluation, la Commission constate que le plan de la Suède consacre 20,5 % de son enveloppe totale à des mesures qui soutiennent la transition numérique. Il s’agit notamment d’un volet numérique permettant d’accélérer le déploiement du très haut débit dans les zones à faible densité de population et de poursuivre la numérisation de l’administration publique, y compris grâce à une infrastructure numérique commune. En outre, le plan prévoit également des mesures visant à promouvoir les compétences numériques et à tirer le meilleur parti des synergies entre les transitions verte et numérique, par exemple dans le domaine de l’énergie intelligente. 

Lire la suite >

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.